Le psoriasis, une maladie chronique bénigne mais incommodante

Publié le : 30/05/2018 13:06:17
Catégories : Beauté

Le psoriasis est une maladie de peau bénigne et très courante qui se manifeste par des plaques rouges apparaissant le plus souvent sur des zones du corps subissant des frottements. Genoux, coudes, avant-bras, cuir chevelu, bas du dos et ongles sont les parties les plus touchées par ces inflammations de la peau. Ces plaques sont recouvertes de fragments de peau sèche de couleur blanche qui se détachent pour laisser apparaître les rougeurs des inflammations.
Cette maladie sévit de manière sévère ou légère et évolue de manière aléatoire, les malades peuvent demeurer plusieurs années sans symptômes entre deux poussées isolées.

Aujourd’hui, 2% de la population est atteinte de cette maladie qui touche tous les hommes et les femmes de tous âges. Bien qu’aujourd’hui, nous n’ayons pas encore défini les origines exactes de cette pathologie, nous savons que les inflammations de la peau engendrent une forte accélération du renouvellement de certaines cellules de l’épiderme, les kératinocytes. De 28 jours, ces cellules voient leur durée de renouvellement passer à 3 jours, ce déséquilibre important engendre les symptômes incommodants voire douloureux qui accompagnent le psoriasis.

Origines et facteurs de risques

Le facteur héréditaire est un facteur de risque avéré pour cette maladie fréquente qui peut dans certains cas se révéler très handicapante.
Le fait que les personnes atteintes voient leurs symptômes se décupler suite à un choc psychologique ou à une période de stress intense met en évidence le facteur émotionnel. De plus, lorsque l’état psychologique du malade s’améliore, le psoriasis régresse nettement. On recense de nombreux facteurs influant sur l’apparition des symptômes, cependant, ils ne sont pas pour autant à l’origine de la maladie. Cette question n’a à ce jour pas trouver de réponse claire. Les plaques rouges et squames peuvent donc être précédés d’une exposition prolongée au soleil, d’une altération de l’épiderme du type blessure ou griffure, d’une infection, d’une consommation excessive d’alcool ou de tabac, ou encore du virus de la varicelle. Tous ces éléments et actions peuvent intensifier les symptômes de manière importante.

Différentes formes de psoriasis

Le psoriasis en plaques est la forme la plus fréquente et se manifeste par des plaques rouges mesurant plusieurs centimètres et bien délimitées recouvertes de squames épaisses. Toutes les parties du corps peuvent être touchées mais les zones subissant des frottements sont les plus à risques. Le visage est généralement épargné.

Le psoriasis en gouttes laisse apparaitre des plaques plus petites, dispersées sur tout le corps et semblables à des gouttes d’eau. Les personnes les plus touchées par cette forme de la maladie sont généralement âgées de moins de 20 ans et voient apparaitre les premiers symptômes suite à une infection bénigne de type angine ou rhinopharyngite. Le plus souvent, la maladie disparait de manière spontanée mais elle peut parfois évoluer sur une forme de psoriasis classique chronique.

Le psoriasis nummulaire se manifeste, quant à lui, par des plaques rouges de la taille d’une pièce de monnaie. Cette particularité peut parfois amener à une erreur de diagnostic puisqu’une confusion avec un champignon est tout à fait possible.

Le psoriasis du cuir chevelu est particulièrement incommodant puisqu’il engendre de fortes démangeaisons. Les plaques rouges recouvertes d’épaisses peaux blanches entraînent des desquamations semblables à de grosses pellicules qui peuvent être suivies de saignements.

Le psoriasis des plis ou psoriasis inversé touche comme son nom l’indique des zones du corps bien particulières telles que l’arrière des genoux, l’aine, les aisselles, les plis des coudes… Sous cette forme, les plaques rouges ne présentent que peu de squames.

Le psoriasis des ongles entraîne des symptômes semblables à ceux occasionnés par la présence d’un champignon, on retrouve des petites lésions, un épaississement des ongles, une forte fragilisation…

Le psoriasis palmo-plantaire engendre des plaques rouges bien délimitées et brillantes sur la plante du pied ou la paume des mains. Cette forme n’entraîne que peu de démangeaisons mais peut aboutir à la formation de cors résultant d’un épaississement important de la peau au niveau des zones touchées.

Le psoriasis des muqueuses affectent la bouche et les régions génitales, cette forme de la maladie peut se révéler douloureuse et très handicapante.

Différents types de traitements

Les zones du corps visibles ne sont pas épargnées par cette maladie de la peau qui représente un réel fardeau pour les personnes atteintes. De plus, le caractère aléatoire de l’apparition et de l’intensité des symptômes ne fait qu’accentuer les difficultés à accepter cette affection cutanée qui représente un véritable handicap au quotidien.
Aujourd’hui, de nombreux traitements existent pour les différentes formes de psoriasis. Chaque malade présentant des symptômes différents en termes d’intensité, de régularité ou encore de zones touchées, les traitements sont spécifiques et parfaitement adaptés.

Les traitements externes sont dispensés via des crèmes, des pommades ou encore des gels à appliquer directement sur les zones du corps touchées.

Le baume crème-soin intensif peau enflammée : Bioturm

La peau enflammée et fragilisée par le psoriasis trouve ici une composition richement élaborée pour être apaisée et réparée en douceur. L’herbe de tigre s’appuie sur ses propriétés cicatrisantes et anti-inflammatoires pour atténuer les rougeurs et les squames tandis que l’huile de jojoba nourrit et assouplit une peau sèche et agressée. L’huile de tournesol pénètre rapidement dans l’épiderme pour encourager la cicatrisation des tissus et l’extrait de magnolia, de par ses vertus réparatrices, participe activement à préserver la bonne santé des cellules de l’épiderme.

La climatothérapie et la photothérapie utilisent les rayons ultra-violets pour traiter le psoriasis en ciblant leur action sur les zones du corps touchées.
Il existe également des traitements internes qui consistent à administrer des médicaments par injection ou par voie orale. Contrairement aux deux modes de traitement précédents, celui-ci agit sur l’organisme tout entier et non sur les zones cutanées uniquement.
Les traitements biologiques agissent également sur l’organisme et sont administrés par injection. Ces derniers sont élaborés pour influer directement sur une partie précise du système immunitaire.