Comment s’opère le processus naturel de cicatrisation de la peau ?

579 Vues

creme aide cicatrisationPour garantir l’aboutissement et la réussite de la cicatrisation d’une plaie, chaque phase du processus doit se dérouler sans encombre. En effet, de ces différentes étapes dépend la guérison des tissus cutanés et l’aspect esthétique de la cicatrice.

Un processus naturel qui s’opère en deux temps

Le processus de cicatrisation s’effectue en deux temps, la formation de la cicatrice primaire et la maturation de cette dernière.

La formation de la cicatrice primaire

Cette première étape menant à la guérison d’une plaie se décompose en trois phases distinctes.

La phase inflammatoire intervient dès l’apparition de la plaie. Elle se traduit par une dilatation des vaisseaux sanguins précédant une vasoconstriction visant à stopper le saignement. La formation de caillots au cœur de la plaie participe également à réduire cette perte de sang.
Par la suite, l’organisme envoie des cellules pro-inflammatoires pour assainir la plaie en détruisant les tissus morts, les bactéries et autres germes néfastes. C’est à ce moment-là qu’a lieu une réaction inflammatoire qui se manifeste par une rougeur douloureuse accompagnée d’un gonflement. On assiste également à une augmentation de la température de l’épiderme au niveau de la plaie.
La phase inflammatoire est indispensable pour garantir le bon déroulement des phases à venir. Sa durée varie selon la gravité et la profondeur de la plaie.

La phase de bourgeonnement voit apparaître de nombreux fibroblastes. Ces cellules du tissu conjonctif sécrètent, entre autres, du collagène et de l’élastine. Parallèlement à l’action régénératrice des fibroblastes, des bourgeons se forment aux extrémités des capillaires (petits vaisseaux sanguins) altérés. Ces deux actions conjointes sont à l’origine de l’aspect rouge et granuleux de l’épiderme à l’endroit de la plaie.
Encore une fois, la durée de cette phase varie selon la gravité de la blessure. Elle s’achève lorsque les fibroblastes atteignent enfin les bords de la plaie.

C’est au cours de la phase d’épidermisation que les fibres de collagène se réinstallent et se remodèlent tandis que l’épithélium, le revêtement de la peau, entame sa reconstruction. Les cellules épithéliales recouvrent alors la plaie progressivement en formant une cicatrice primaire.

La maturation de la cicatrice primaire

À l’issue de la formation de la cicatrice primaire, cette dernière doit entamer un processus de remodelage. Le renforcement de l’union entre le derme et l’épiderme et l’action des myofibroblastes (fibroblastes spécialisés) provoquent des contractions des bords de la plaie. Il en résulte un assouplissement de la cicatrice qui devient alors plus lisse et plus douce. Cette phase s’achève avec la naissance d’une cicatrice définitive.

L’aspect esthétique d’une cicatrice définitive dépend de nombreux critères. Parmi eux, la gravité de la plaie, la profondeur, sa localisation sur le corps, l’évolution du processus de cicatrisation et les soins apportés durant chacune de ses phases.
À savoir que nous ne sommes pas tous égaux face aux capacités de la peau à cicatriser. Le teint, l’âge ou encore certaines maladies influencent ce phénomène naturel de manière significative.

Publié dans: Guide
Produit ajouté à la liste de souhaits